Accueil Vidéos d'hymnes « Le châtiment et le jugement de Dieu sont la lumière du salut de l’homme » | Musique chrétienne

« Le châtiment et le jugement de Dieu sont la lumière du salut de l’homme » | Musique chrétienne

0
31
« Le châtiment et le jugement de Dieu sont la lumière du salut de l’homme

« Le châtiment et le jugement de Dieu sont la lumière du salut de l’homme » | Musique chrétienne

 

Pour être purifié dans ta vie,

pour changer de tempérament,

pour vivre une vie ayant un sens,

et remplir ton devoir de créature,

il faut accepter, châtiment et jugement divins,

ne pas laisser partir,

la discipline et la punition de Dieu,

pour pouvoir te libérer de la manipulation de Satan.

Afin que tu te libères de l’influence de Satan,

de la force qui te tient sous son emprise,

que tu puisses vivre,

que tu puisses vivre,

que tu puisses vivre plus à la lumière de Dieu.

Le châtiment de Dieu, c’est la lumière ;

Son jugement est lumière de salut.

C’est la plus grande grâce pour toi,

protection puissante autour de toi.

Le châtiment de Dieu, c’est la lumière ;

Son jugement est lumière de salut.

C’est la plus grande grâce pour toi,

protection puissante autour de toi.

 

Il faut accepter, châtiment et jugement divins,

ne pas laisser partir,

la discipline et la punition de Dieu,

pour pouvoir te libérer de la manipulation de Satan.

Afin que tu te libères de l’influence de Satan,

de la force qui te tient sous son emprise,

que tu puisses vivre,

que tu puisses vivre,

que tu puisses vivre plus à la lumière de Dieu.

Extrait de « Suivre l’Agneau et chanter de nouvelles chansons »

Voici une collection de bonne musique chrétienne, en les écoutant calmement vous y ressentirez l’amour de Dieu pour nous.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par labiblelecturedujour
Charger d'autres écrits dans Vidéos d'hymnes

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Je connais enfin le vrai sens de l’enlèvement des chrétiens

Des fantasmes d’enlèvement dans les airs pour y rencontrer Dieu En 2014, ma sœur m’a prêch…